Il est né le 25 décembre 1917 en Syrie. Il a épousé l’écrivain et poète Maha Berqdar et a deux fils: Ward et Youssef.
Au cours de ses études de baccalauréat en sciences, Dr Charles Malik lui a enseigné la philosophie.
Il a fondé la maison de l’écrivain à Beyrouth, qui a publié le magazine « Voice of a Woman ».
Il a été le chef de l’administration ainsi que le rédacteur jusqu’en 1948.

En 1948, il s’est rendu aux États-Unis pour travailler pour le Secrétariat des Nations Unies au département de la presse et du journalisme.

Il voulait retourner au Liban en 1950, mais à la place, l’ONU l’a envoyé en mission pour préparer la Libye à l’indépendance. Il a pu revenir au Liban en 1955.

Il a fondé le magazine trimestriel « Sha’ar », ce qui signifie poème, qui a fonctionné pendant les années 1957 et 1964. Il est sorti du marché pendant un certain temps et a repris en 1967. Il a joué un rôle important dans la poésie moderne et a été une plate-forme pour un certain nombre de poètes d’élite.
En 1967, la maison d’édition Dar Al-Nahar a été fondée et Youssef Al Khal a été nommé son rédacteur en chef.

Une de ses réalisations les plus remarquables est sa contribution à la traduction arabe de la Bible de Bonne Nouvelle qui a été publiée pendant « l’Année de la Bible » au Liban en 2012. Cette traduction est significative parce qu’elle a été approuvée par toutes les églises locales.
Il est décédé l’année 1987 après une maladie pour un certain temps.

La Société biblique l’a honoré en 2012 à l’occasion du 25eme anniversaire de sa mort, car elle le considère comme l’une des personnalités qui ont amené la Société biblique au Liban à ce qu’elle est aujourd’hui. Son fils, Youssef Youssef Al Khal, a reçu le badge honorifique au nom de la famille.